La Fac Lyon 1 ne répond plus !

(Lettre quelque peu débraillée adressée au docteur Brice POREAU, le 11 décembre 2014, et étonnamment restée sans réponse)

Bonjour M. POREAU, 

Je vous précisais à l’époque ce qui me conduisait à m’adresser à vous, à savoir la publication dans les principaux médias nationaux de votre travail de biométrie réalisé sur différents portraits du poète symboliste Arthur RIMBAUD. 

Je vous avais adressé en mai/juin derniers 2 mails restés malheureusement sans réponse. Mais sans doute votre adresse mail de l’époque n’était pas la bonne. Je vous réécris donc à cette nouvelle adresse qu’on me garantit bien être la vôtre. 

J’ai suivi, depuis sa découverte, les péripéties interprétatives de la photo trouvée par Jacques DESSE et ses camarades, et représentant un groupe de personnes sur la terrasse du grand hôtel de l’Univers à Aden, à la fin des années 1870.

Je m’attache particulièrement aux valses hésitations des experts sur le sujet. J’en ai compilé un petit florilège à ce sujet sur un blog. Si j’ai personnellement une position sur le sujet (Rimbaud ou pas Rimbaud), j’avoue ne pas être traumatisé si tel ou tel camp l’emporte. C’est beaucoup plus la forme qui m’intéresse – l’écume médiatique contemporaine, la douce folie qui s’empare des experts (autrement si sages) quand apparaît le nom Arthur RIMBAUD (rongé par les mythes depuis plus d’un siècle) – que le fond de l’affaire (AR sur la photo ou pas).

Je me suis bien entendu intéressé, dès avril 2014, à votre expertise très médiatisée et me suis rendu coupable à ce sujet de 2 articles (et d’un grand tableau Excel). 

J’y exprime très clairement la réaction qu’a provoquée en moi ce travail : celle immédiate de mettre mes pas dans les vôtres (vous nous donniez les données et la méthode) et de poser l’ensemble des calculs, en un mot de les vérifier (démarche scientifique basique vous en conviendrez). 

Et là je fus frappé par le nombre d’erreurs commises : erreurs simples de calcul déjà (erreurs de division), mais aussi, selon moi – mille pardons – erreur de méthode. 

Souhaitant avoir avec vous un échange honnête et de bon aloi, comme 2 scientifiques peuvent/ doivent en avoir, je vous joins le lien où vous pourrez trouver ces remarques, espérant que vous voudrez bien – par esprit scientifique – répondre aux critiques et interrogations que j’y formule. Vous y trouverez notamment le tableau Excel reprenant vos calculs. Dans l’attente de votre réponse, pour que de l’échange naisse une vérité.

Bien cordialement

Circeto

Et quelques commentaires, plus ou moins éclairants, sur la chose et les hommes, reçus alors sur mon blog d’outre Quiévrain…

Il y a du Monsieur Homais chez M. Brice POREAU (que se passe-t-il réellement dans son officine ?) : JB il y a quelques semaines avait signalé l’étrange disparition des liens concernant cette affaire.

Nous aurions voulu écrire vôtre : « Lettre à Monsieur le directeur du labo»: vous l’avez écrite. Nous ne demandons rien : nous demandons votre accord pour relayer cette lettre sur Rimbaud ivre, par exemple.

Écrit par : Alfonso | 09/12/2014

Alfonso n’a aucun titre pour demander une autorisation pour mon blog que je ne sollicite pas d’ailleurs.

Jacques Bienvenu

Écrit par : Bienvenu | 09/12/2014

Raoul Perrot, qui était le responsable de ce laboratoire d’anthropologie, nous informe sur sa page personnelle que le labo a été « arbitrairement fermé le 3 juin 2014 par l’administration de Lyon1 » (signalé par Bienvenu sur Rimbaud ivre). 
Le silence de l’Université Lyon1 était effectivement étonnant. Nous avons maintenant la réponse.

Écrit par : Courtial | 03/01/2015

1. Présentons tout d’abord, M. Raoul PERROT 
Dr.Sciences, Dr.Biologie Humaine
Professeur Honoraire
Expert Honoraire en Anthropologie Judiciaire d’Identification
Directeur Honoraire du Laboratoire d’Anthropologie Anatomique et de Paléopathologie
Université Claude Bernard Lyon1 / Faculté de Médecine Rockefeller
8, avenue Rockefeller / 69373 Lyon CEDEX 08

2. Le 9 décembre dernier, j’ai effectivement eu réponse de M. Raoul PERROT concernant la fermeture – qu’il estime arbitraire – du laboratoire d’anthropologie anatomique et de paléopathologie : « Le Comité de Coordination des Etudes de Santé, en avril 2014, demande au L2APLyon de quitter, à la rentrée 2014/2015, le 4ème étage de la Faculté Rockefeller, sans proposer un local de replis! La raison avancée étant la restructuration du Domaine Rockefeller Santé,
de son côté l’administration du Département de Biologie Humaine (dont dépend pourtant le Laboratoire depuis ses débuts…en 1967!) décide, sans concertation :
de ne pas ouvrir en 2014/2015 l’enseignement Anthropologie, Ethnologie et Sociologie de la Santé (Master 1 Recherche Biomédicale), alors que l’habilitation ministérielle courait, pourtant, jusqu’en 2016!
et fait fermer arbitrairement le site du laboratoire, le 3 juin !
Je pense que vous pourrez apprécier le cynisme et la totale absence de reconnaissance manifestés par l’Université Lyon1! ». 


3. J’ai également profité de ce contact pour interroger M. PERROT sur le travail effectué par Brice POREAU au sujet de certains portraits d’un certain poète. Voici sa réponse in extenso : « Je suis l’inventeur de la Biométrique de Similarité et le travail réalisé par le Dr.Brice POREAU est en tous points conformes à mes recherches. En ce qui concerne Lyon1 ma remarque précédente vous permettra de comprendre son indifférence totale par rapport à cet excellente recherche qu’évidemment je cautionne ».

4. Lui faisant part des « flagrantes erreurs de calcul » relevées dans le travail de M.POREAU, M. PERROT me livra cette réponse : « Je n’ai pas jugé utile de vérifier les calculs de Monsieur POREAU et je dois reconnaître que je suis quelque peu étonné de « ces flagrantes erreurs de calcul », étant donné le sérieux de cet ancien étudiant avec qui j’ai d’ailleurs publié plusieurs articles basés sue le Biométrique de Similarité.
Un dernier point : j’ai oublié de vous préciser que le travail de Monsieur POREAU n’était pas une thèse mais un article paru dans les CLAB (Cahiers Lyonnais d’AnthropoBiométrie).

Cordialement. Raoul PERROT « .

5. En résumé, M.PERROT soutient (c’est bien le moins) la méthodologie appliquée mais reconnaît ne pas avoir relu le travail présenté (à l’instar de la presse unanime, ceci dit). 

Vu la célérité de réponse de M. PERROT et sa gentillesse à me fournir ces informations, je n’ai pas jugé utile d’argumenter avec lui sur le fond du sujet (je suis en effet très critique sur les erreurs de calcul de Brice POREAU mais aussi sur la méthodologie employée). J’ai donc préféré m’adresser – comme M. PERROT m’invitait d’ailleurs à le faire – directement à l’auteur lui même. Malheureusement, comme au printemps dernier, aucune réponse de M. Brice POREAU, quant à mon invitation à débattre avec lui sur le sujet, ne vint.
Fermons le ban ? 

Circeto

Écrit par : circeto | 03/01/2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s